Artistes
    Événements
      FR
      EN

      Tom Waits

      Voix de cendrier et chair de poule
      Ecouter
      • Tournée
      • A Propos
      • Les faits marquants
      • Témoignages
      • Archives

      Tournée

      Aucune date prévue

      A Propos

      A Propos

      Tom Waits est un personnage. Quelque part, entre un blues à l’américaine et le folk de Bob Dylan, le songwriter de Californie grimace au visage de la perfection. Sa voix rauque, longtemps fumée par le cendrier, déteste arrondir les angles : il faut dire que l’authenticité lui va si bien.

       

      « Des airs à s’endormir les yeux ouverts, des histoires à dormir debout ». Ce jour-là, la plume du journaliste Henri-Pierre Fargeon a parfaitement cerné le personnage. Tom Waits, étrange vagabond à la voix caverneuse, caillasse le blues à sa manière, avec une poésie sauvage. Mais qualifier sa musique est un exercice périlleux, réservé aux acrobates expérimentés. Rock rauque, diront les uns. Romance brute pour gueules cassées, riront les autres. Lui préfère parler de funk cubiste.

       

      À vrai dire, personne ne marche sur ses terres. Ses textes abrasifs et ses vers, poussés parfois à l’absurde, le possèdent. Sa voix âpre – « entre celle d’un clodo et celle d’un clown », comme il s’amuse à dire – fissure le cœur. Tom Waits, homme mystérieux sous son costume noir, erre à l’air libre, zigzagant entre dérision, joie et mélancolie, et s’inspirant des bouquins de ses écrivains préférés, dont Jack Kerouac, Charles Bukowski et Allen Ginsberg.

       

      Il regarde la vie, car son « imagination a besoin de la réalité comme l’aveugle a besoin de sa canne blanche ». Il séduit par son étrangeté attendrissante, compose dans sa bagnole et préfère, de loin, se faire l’ennemi du mal, car la perfection est l’ennemie du bien. Tom Waits, musicien insaisissable et acteur à ses heures perdues, raconte un monde que seul lui perçoit. On divague avec lui. On se laisse intimider, jusqu’à dérailler sur la country de son enfance. Bref, on reste figé, la bouche ouverte. Si cet homme a donné des ailes à Norah Jones, King Krule et Jim Jarmush, il fait aussi planer son public.

      Les faits marquants

      1971

      De barman à musicien

      Avant d’attirer les projecteurs, Tom Waits a tout fait : pompier, laveur de voiture, vendeur de glace. Puis, il se prend à rêver. Il veut devenir musicien. Il monte alors sur scène, avec sa guitare et son piano, pour se produire autour de chez lui. Herb Cohen, génial producteur de Frank Zappa, le remarque. Il faut dire que Tom Waits a quelque chose de spécial. Il lui permet ainsi d’obtenir un premier contrat, avec le label Asylum et sort son premier disque, en 1973.

      1974

      Les Eagles lui donnent des ailes

      La carrière de Tom Waits commence à prendre forme. Il assume, peu à peu, sa bizarrerie, le public aussi. En première partie de Frank Zappa, il marque les esprits. Mais sa notoriété va surtout bondir un beau jour de 1974, quand les Eagles reprennent Ol’55, l’un de ses titres. En parallèle, ses nouvelles compositions sont chaleureusement saluées par la critique.

      1986

      Tom Waits éblouit le cinéma

      Tom Waits est un musicien, mais le cinéma est un art qui l’intrigue. Il apparaît dans plusieurs films de Francis Coppola. Cette fois-ci, c’est Jim Jarmusch qui lui fait confiance, lui attribuant le rôle d’un convict dans le film Down By Law. Quelle bonne idée ! Désormais, le songwriter de Californie est aussi un acteur atypique, incarnant des rôles qui lui collent parfaitement à la peau.

      1992

      Tom Waits, un trophée sur l’étagère

      C’est une grande année pour Tom Waits. D’abord parce qu’il apparaît dans le film Dracula, de Francis Coppola, avec le succès qu’on lui connaît. Mais surtout parce qu’il obtient, pour la première fois, une récompense aux Grammy Awards, au titre du meilleur album de musique alternative. Il faut dire que son disque Bone Machine, paru sur le label Island Records, est l’un des meilleurs de la décennie.

      1999
      La bizarrerie sauvage du grand bonhomme

      La bizarrerie sauvage du grand bonhomme

      Si Tom Waits est une légende, il n’est pourtant pas du genre à filtrer avec les charts. Non pas qu’il soit dans l’ombre, mais sa personnalité et son état d’esprit ne collent pas spécialement avec les attentes des radios et la pop lice de l’époque. Alors quelle ne fut pas sa surprise quand son disque Mule Variations atteint une brillante trentième place dans les charts américains.

      2011

      Tom Waits au Rock and Roll Hall of Fame

      À la demande de Neil Young, Tom Waits fait son entrée au fameux Rock and Roll Hall of Fame. « Le Jackson Pollock de la chanson », comme le décrit Elton John, rejoint les plus grands. Mais vous connaissez le bonhomme : ce n’est pas ça qui changera sa vie. Il reste le même, toujours authentique, bizarre et, sans forcer, terriblement charismatique.

      Témoignages

      • Le mot du spectateur
      • Notre équipe en parle
      • La presse en parle

        Il semble impossible de pouvoir faire mieux que ça ! Le répertoire de Tom Waits est balayé en 2h30, devant un public ultra participatif. L’auteur est au top de sa forme, avec une voix magistrale, un son flamboyant et une mise en scène à couper le souffle. Chaque titre apporte sa surprise. 

        Yann, après un concert au Grand Rex (Paris)

        Quand on parle de Tom Waits, on ne sait jamais par où commencer. Le songwriter est à part et suscite tellement la curiosité que l’on pourrait en parler pendant des heures. C’est une vraie personnalité. Sur scène, son charisme impressionne. Il est unique en son genre et sa voix rocailleuse donne des frissons. Il ne ment pas : il est lui, et personne d’autre. C’est un grand moment à chaque fois !

        Sur scène le décor est planté, mi-cirque : c'est un lion qui entre et va rugir pendant plus de deux heures. La voix de Tom Waits montre le chemin. Possédé, il chante comme on hurle à la mort, tape du pied, enfonce le tempo et soulève la poussière de son estrade. Il fredonne des airs à s'endormir les yeux ouverts, et raconte des histoires à dormir debout.  

         

        Silhouette cabossée et voix mal peignée, Tom Waits trimballe depuis 1973 la plus forte dégaine du rock américain. Ce rock qu’à son image il a malmené et torturé. On le sait depuis toujours : Tom Waits est un peu décalé. 

         

        Télérama - Les Inrocks

      Archives

      2008
      1 concert
      • 24 juil.
        Paris
        Le Grand Rex
      Afficher plus
      gérard drouot productions utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage). Gérer les cookies