Artistes
    Événements
      FR
      EN
      Tangerine Dream

      Tangerine Dream

      L’avant-garde du rock électronique
      Ecouter
      • Tournée
      • A Propos
      • Les faits marquants
      • Témoignages
      • Archives

      Tournée

      Aucune date prévue

      A Propos

      A Propos

      Ils ont mis une claque au rock des sixties. À coups de synthétiseurs, les Léviathans de Berlin ont révolutionné la musique, arborant fièrement des sonorités jusqu’ici inconnues. Ils ont même fait bugger bon nombre de groupes et de critiques : il paraît que c’est comme ça que l’on change le monde.

       

      Berlin Ouest, 1971. Du côté occidental du mur, de jeunes gens contemporains décident de casser les codes d’un rock qui tourne en rond. Quitte à choquer, quitte à déboussoler, Tangerine Dream prend alors d’assaut une planète inconnue, à l’image d’un Neil Armstrong foulant pour la première fois les cratères lunaires. Bienvenue en apesanteur, là où les synthétiseurs répondent aux instruments plus classiques, usés jusqu’à la corde par les groupes des sixties.

       

      Morceaux minimalistes, sonorités planantes. Avec le regretté Edgar Froese aux manettes, le groupe allemand a révolutionné le monde, enclenchant, quelques mois avant leurs compatriotes Kraftwerk, un virage osé vers les contrées encore inexplorées de la musique électronique. Le futur, c’est eux. Ils l’imaginent, comme un terrain d’expression subtil, et le façonnent à la hache. Car oui, ça ne s’invente pas : Edgar Froese, avant de faire de la musique, était sculpteur. D’ailleurs, croyez-le ou non, c’est même Salvator Dali qui l’a amené, par ses peintures surréalistes, à assumer un avant-gardisme longtemps incompris par la critique.

       

      Mais qu’importe les mots des autres, le temps a fait son œuvre. Et si arriver les premiers en terres vierges fait de vous un pionnier, il vous incombe aussi de faire face aux balles métaphoriques, des défenseurs du rock traditionnel. Inventer, c’est désobéir, mais faut-il encore résister aux poids des mentalités qui évoluent différemment. C’est ce que Tangerine Dream, choisissant la liberté aux conventions, l’originalité à la facilité, a réussi à faire. Ce groupe, avec plus de cent albums au compteur, a effectivement changé les choses, et dieu sait à quel point les jeunes groupes d’aujourd’hui, sous leur frange de rock progressif et de musique électronique, lui doivent beaucoup.

      Les faits marquants

      1967

      La création d’une étrange créature

      Sous l’impulsion d’Edgar Froese, Berlin voit naître un groupe qui va révolutionner la modernité : Tangerine Dream. Pendant trois ans, les jeunes allemands vont sculpter leur son, encore et encore, jusqu’à atteindre un résultat planant. Ce sont les ovnis d’un monde qui bouge. Leur premier disque, Electronic Mediation, paraît sans l’accord d’Edgar Froese. Les synthétiseurs ne sont pas encore présents, mais les disputes en interne fusent déjà.

      1972
      Incompris car d’avant-garde

      Incompris car d’avant-garde

      Le public ne comprend pas, la presse reste encore sur ses gardes. En intégrant des synthétiseurs et des générateurs de sons à ses compositions, Tangerine Dream laisse perplexe. On n’avait jamais vu ça auparavant. Sa musique planante est difficile à apprivoiser, mais les mois défilent, et le groupe passe, peu à peu, du statut d’intrus au statut de pionniers. Oui, ils sont d’avant-garde. Oui, ils sont en train de créer quelque chose de nouveau. En 1974, Gérard Drouot organise ses premiers évènements dans l’est de la France, notamment le concert de Nico et Tangerine Dream à la cathédrale de Reims.

      1989
      Le fils dans les pas du père

      Le fils dans les pas du père

      Les changements de line-up sont fréquents. Tangerine Dream n’a jamais le même visage. Ses sonorités évoluent en fonction des va-et-vient. Cette fois-ci, c’est au tour de Jerome Froese, le fils d’Edgar Froese, de rejoindre l’aventure. Il s’affirme comme un grand, et l’aventure continue à un rythme effréné. Les albums s’enchaînent à grande vitesse, comme si créer devenait une urgence vitale.

      2015
      Edgar Froese, la tête dans les étoiles

      Edgar Froese, la tête dans les étoiles

      « Edgar ne rêvera plus ». Ce jour de janvier, L’Express a trouvé les mots pour dire un dernier au revoir au précurseur de la musique électronique et du rock contemporain. Un livre se referme, mais sa centaine d’albums restera, à l’éternité, un panthéon pour tous les amoureux de krautrock. Pour autant, comme un hommage, mais sans arrêter de créer, Tangerine Dream poursuivra l’aventure, après quelques années de pause. Back on stage !

      Témoignages

      • Le mot du spectateur
      • Notre équipe en parle
      • La presse en parle

        J’ai usé leurs vinyles quand j’étais adolescent. Aujourd’hui, les voir sur scène est extraordinaire. Même sans Edgar Froese, que nous regrettons tous, Tangerine Dream n’a rien perdu de son mystère. L’expérience est toujours aussi incroyable. On est sur une autre planète. Et dire que ce groupe est né dans les années soixante ! 

        Adam, après le concert à Sankt Goarshausen

        Tangerine Dream a bousculé toute une génération. Ils ont mis les instruments traditionnels en retrait pour créer une nouvelle palette de couleurs, plus électroniques. C’est incroyable à quel point ce groupe a réussi, dans les années 70, a créé des sonorités planantes qui, aujourd’hui encore, font sens et sont d’une modernité époustouflante. Ces maîtres du krautrock, ont influencé des milliers de musiciens à travers le monde !

        David Bowie en était fan, tout comme Salvador Dali. Jean-Michel Jarre l’est toujours. Tangerine Dream est devenu un groupe mythique à travers le monde, en bannissant, dès le début des années 1970, les instruments traditionnels au profit de synthétiseurs. 

         

        Comme ces dynasties monarchiques dont on peine à dresser l'arbre généalogique tant les ramifications et les branches s'entremêlent, Tangerine Dream, groupe pionnier de la musique électronique allemande, est de ces aventures sonores, si complexes qu'on se perdrait à vouloir les résumer. 

        Le Monde - Les Inrocks

      Archives

      2010
      1 concert
      • 28 mars
        Paris
        L'Olympia
      Afficher plus
      gérard drouot productions utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage). Gérer les cookies