Artistes
    Événements
      FR
      EN
      Stray Cats

      Stray Cats

      Le rockabilly qui donne la banane
      Ecouter
      • Tournée
      • À propos
      • Les faits marquants
      • Témoignages
      • Archives

      Tournée

      Aucune date prévue

      À propos

      À propos

      Cheveux gominés, bras tatoués et fringues en cuir : les Stray Cats, dandys des eighties, ont toujours le rockabilly dans la peau. Après un break d’une vingtaine d’années, les trois irrésistibles renfilent donc les Creepers pour donner du swing à notre insouciance de l’époque.

       

      Les amoureux de rockabilly s’en lèchent les babines : les Stray Cats sont dans la place, prêts à dégainer leurs mélodies errantes les plus folles. On laisse le has-been au placard : les trois intrépides de New York, expatriés à Londres pour capter la lumière des projecteurs, révèlent toujours une énergie enflammée et un jeu de scène contagieux. Un tantinet bad boys, ils explorent ainsi à fond la caisse le Minnesota d’Eddie Cochran, déambulent dans le Mississippi du King et vagabondent sur les routes de Tennessee, chères à Carl Perkins.

       

      Grands écarts, riffs griffés. Les Stray Cats, rockeurs au cœur d’artichaut et à la mèche banane, gardent la pêche pour proposer, le smile flanqué au visage, un show survitaminé. La recette a fait ses preuves, sucrée de bonne humeur, épicée d’audace. C’est d’ailleurs avec ces ingrédients que la bande de Brian Setzer a conquis l’Europe, au début des eighties, renvoyant dans les cordes une Angleterre n’ayant d’yeux que pour la nouvelle vague à la crête punk.

       

      Bim, les Stray Cats ont secoué le cocotier, et ils en ont récolté les fruits. Ils ont même fini avec les groupies aux trousses, prêtes à griffer d’amour leur blouson de cuir sans manche. Est-ce le retour de bâton d’un rock’n’roll exalté ou l’effet inattendu de la gomina ? À voir l’effet de leurs mélodies sur la foule d’aujourd’hui, penchons plutôt pour la première option. Car en revisitant, du bout des cordes, les codes d’un bon vieux rockabilly à l’ancienne, les éternels kids d’Amérique font toujours swinguer les corps. 

      Les faits marquants

      1979
      Aller simple vers Londres

      Aller simple vers Londres

      À New York, leur son provoque l’indifférence. Les trois audacieux décident alors de traverser l’Atlantique, direction Londres, où ils espèrent percer. Il ne leur faudra que quelques mois, au pays du fish & chips, pour séduire des adolescents déchainés avec un rockabilly énergique et bien ficelé.

      1981
      L’apogée d’une carrière

      L’apogée d’une carrière

      À peine deux ans après leurs débuts, les Stray Cats envahissent les charts avec leur premier album. La mode est désormais aux fifties, comme pour mieux contrer les élans punks et cold wave. L’Europe est sous le charme, les médias aussi. En témoigne Alain Wais, alors journaliste au Monde : « ils sont jeunes, plutôt beaux, ils ont des gueules, et du talent à revendre ».

      1984
      La vague retombe

      La vague retombe

      Devant une scène anglaise survoltée, où les merveilles se succèdent, les Stray Cats perdent leur élan. Le groupe décide alors de se séparer. Brian Setzer, Lee Rocker et Slim Jim Phantom restent copains et profitent de la fin de l’aventure pour voguer vers d’autres projets. Brian Setzer connaîtra d’ailleurs quelques jolis succès au cours des années 90, avec de beaux albums solos et deux Grammy Awards à la clé.

       

      2004
      Quelques virées entre copains

      Quelques virées entre copains

      À l’occasion, les trois dandys se retrouvent pour partager la scène. Au cours de l’année 2004, ils organisent même une tournée en Europe, comme pour faire renaître les beaux souvenirs et la puissance de leurs tubes d’antan. Les groupies ne les ont pas oubliés.

      2019
      The Stray Cats sont de retour

      The Stray Cats sont de retour

      Les groupies de l’époque ont désormais des kids et les cheveux gris, mais leur euphorie reste adolescente quand elles apprennent le retour des Stray Cats et la parution d’un nouveau disque. Les fondations sont les mêmes qu’à l’époque : un rockabilly enthousiaste et dansant, qui met K.O prises de tête et pessimisme.

      Témoignages

      • Le mot du spectateur
      • Notre équipe en parle
      • La presse en parle

        Les rois du rockabilly ont toujours leur look des années 50. Musicalement, tout est très bien en place. Brian Selzer maîtrise toujours aussi bien ses six cordes. Le patron offre un jeu de guitare rapide, précis et sans chichi. Ils sont des légendes et on comprend mieux pourquoi maintenant.  

        Hugues, après le concert à Belfort

        À l’époque, beaucoup de journalistes se demandaient si le phénomène Stray Cats était éphémère, ou s’il allait réussir à perdurer. Je crois qu’aujourd’hui, nous avons la réponse. Le groupe est toujours aussi populaire et leur musique, toujours aussi moderne et enthousiaste. C’est donc un vrai plaisir de les retrouver sur scène, en forme comme jamais.

         

        Aujourd'hui, bien que le trio ne soit plus tout jeune, son rock des premières heures reste terriblement contagieux. Préparez les bananes, ressortez les creepers, les tatouages et les claquements de doigts : le trio new-yorkais est en forme. 

         

        Les chats errants sont toujours difficiles à attraper, mais lorsqu'on finit par convaincre Brian Setzer, leur chanteur-guitariste, c'est un adorable matou que l'on rencontre dans un palace près du château de Versailles. 

        France Info - Le contraste

      Archives

      2019
      4 concerts
      • 29 juin
        Tilloloy
        Retro C Trop Festival
      • 06 juil.
        Tours
        American Tours Festival
      • 07 juil.
        Belfort
        Les Eurockéennes
      • 13 juil.
        Aix les Bains
        Musilac
      2008
      3 concerts
      • 04 sept.
        Paris
        Le Zénith
      • 06 sept.
        Toulouse
        Le Phare
      • 07 sept.
        Saint-Herblain
        Zénith Nantes Métropole
      2004
      3 concerts
      • 05 juil.
        Paris
        Le Zénith
      • 06 juil.
        Bruxelles (Belgique)
        Forest National
      • 26 juil.
        Lyon
        Théâtres romains de Fourvière
      Afficher plus
      gérard drouot productions utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage). Gérer les cookies